Edgar DEGAS (1834-1917) Quatre têtes de... - Lot 8 - Daguerre

Lot 8
Aller au lot
Estimation :
25000 - 30000 EUR
Edgar DEGAS (1834-1917) Quatre têtes de... - Lot 8 - Daguerre
Edgar DEGAS (1834-1917)
Quatre têtes de femmes [Four Heads of Women], 1876-1877
Lithographie à partir de quatre monotypes.
Chaque image environ 8 x 6,6 cm, papier de Chine 23,5 x 20 cm, marges 36 x 27,5 cm.
(Delteil 54, Adhémar 44, Reed & Shapiro 27).

Superbe et rarissime épreuve sur Chine appliqué de l'unique état, tirage à 5 épreuves, la seule épreuve encore en main privée (les autres étant conservées à la Bibliothèque nationale de France, Paris, à la Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Paris, au Kupferstichkabinett de Berlin et à l'Art Institute de Chicago).
En parfait état, à toutes marges, le bord inférieur coupé de manière légèrement inégale, les bords des marges légèrement jaunies, quelques courts plis de manipulation, restes de collant au verso du bord gauche.
Provenance : cachet de l'atelier Degas (Lugt 657), vente de l'atelier Degas, Paris, 22-23 novembre 1918, n°177 ; Maurice Fenaille (1855-1937) ; par descendance, collection particulière.
Cette lithographie a été réalisée par le transfert de quatre monotypes de femmes créés séparément. La création de ces monotypes correspond à une période où Degas s'intéresse particulièrement aux figures de chanteuses de café-concert et aux actrices. Adhémar, dans son catalogue raisonné de 1973, a proposé d'identifier les modèles comme Thérésa (en haut à gauche), Mme Faure (en bas à droite) et Ellen Andrée (en haut à droite). On ne connait plus aujourd'hui qu'un seul monotype, celui du haut à droite, conservé dans une collection particulière. Il est probable que Degas a réalisé ces monotypes en une fois, utilisant la même planche de cuivre de petit format. Puis il a assemblé les impressions encore fraîches des monotypes sur une pierre lithographique, laquelle a été passée sous une presse. Sous la pression, l'encre grasse des monotypes a été transférée sur la pierre, sur laquelle ont pu être ensuite imprimées des feuilles de papier, permettant l'obtention de cette lithographie. Malgré l'opération de transfert, la lithographie a conservé la fraîcheur et la grande lisibilité des coups de pinceau typique des monotypes.
Il est impossible de savoir pourquoi Degas a voulu transférer des monotypes sur pierre lithographique mais il s'agit d'une des nombreuses expérimentations dans le domaine de l'estampe qu'il réalise dans les années 1875-1880. Degas entendait-il multiplier les tirages et couper les feuilles en quatre pour diffuser les portraits de ces chanteuses ? On peut cependant noter que l'épreuve Fenaille semble être la seule à avoir été imprimée sur papier de Chine, un raffinement qui ne cadre pas avec l'idée d'une découpe en quatre morceaux. Il est toutefois possible de faire un rapprochement entre le regroupement de ces quatre images sur une seule feuille et la diffusion des portraits-cartes photographiques qui connait un grand développement dans ces mêmes années. Degas a procédé de la même manière avec trois autres monotypes regroupés dans une autre lithographie également tirée à quelques épreuves (Delteil 55, Adhémar 46, Reed & Shapiro 28).

Contrairement à ce qui est indiqué dans le catalogue Reed & Shapiro de 1985, et en suivant les indications données par Delteil en 1919, nous pensons qu'il n'existe que cinq épreuves de cette lithographie (et non six) que nous classons dans l'ordre chronologique de leur historique connu :
1. épreuve probablement donnée par Degas à son ami Alexis Rouart (1844-1911) avant 1911 ; conservée par son fils Henri Rouart (vers 1870-1944), elle est vendue à la Bibliothèque nationale de France entre 1930 et 1935 (Réserve Dc-327 / DH,3).
2. épreuve sur papier blanc, vendue en 1911 par Gustave Pellet à Jacques Doucet (1853-1929), donnée par ce dernier à l'Université de Paris en 1917, aujourd'hui dans les collections de la Bibliothèque de l'Institut national d'histoire de l'art, Paris (inv. EM Degas 2).
3. épreuve en possession de Roger Marx (1859-1913) avant 1913, date de son décès, vente de sa collection, Paris, 26 avril-2 mai 1914, n°405, aujourd'hui conservée au Kupferstichkabinett de Berlin.
4. épreuve sur Chine appliqué, conservée dans l'atelier de Degas (marque Lugt 657), vente de l'atelier Degas, Paris, 22-23 novembre 1918, n°177, probablement achetée à la vente par Maurice Fenaille (1855-1937), restée dans sa descendance jusqu'à ce jour.
5. épreuve sur papier blanc, conservée dans l'atelier de Degas (marque Lugt 657), vente de l'atelier Degas, Paris, 22-23 novembre 1918, n°178, conservée depuis 1952 à l'Art Institute de Chicago (inv. 1952-236).
Maurice Fenaille, collectionneur averti, appréciait particulièrement Degas dont il a collectionné les feuilles rares. Deux planches exceptionnelles, Dans les coulisses et
Danseuse mettant son chausson (Reed & Shapiro 38 et 55) ont été vendues par nos soins dans la vente Daguerre du
6 décembre 2006 (n°50 et 51).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue